le savoir-faire des savons artisanaux

Fabrication de savons artisanaux.

Il existe plusieurs méthodes de fabrication de savons artisanaux, mais dans cet article je vais vous parler de la saponification à froid. Celle que j’utilise pour la fabrication de mes savons.

La saponification à froid est une réaction chimique qui va transformer un corps gras en savon. Elle ne nécessite pas de cuisson, pour respecter les huiles et les beurres.
Donc dans la fabrication d’un savon, le savonnier a besoin :

Avant de commencer, petit tour d’horizon sur le matériel nécessaire à la fabrication.

Alors ne vous attendez pas à voir d’énormes machines par lesquelles sortent de petits boudins de savons.
Vous risqueriez d’être déçu … déjà parce que vous ne trouverez pas de machines chez moi et déçu par ce genre de savon qu’on appelle « bondillons ».

En fait il s’agit de pâte à savon industrielle toute prête que le savonnier a acheté. Dans cette pâte il rajoutera des huiles essentielles, du lait d’ânesse, ou du beurre de karité… Des matières nobles en petite quantité, tout en vous disant que ces savons sont naturel et artisanal…
Mais attention c’est un leurre, car tout bon savonnier créera son savon de A à Z.

Voilà pour la petite précision en aparté. Maintenant … revenons à nos moutons savons.

Donc pour la fabrication de savons artisanaux SAF, j’aurai besoin :
– d’un moule,
– d’un mixeur plongeant,
– de plusieurs béchers,
– d’une spatule
– et d’un cul de poule.

Et maintenant que nous sommes équipés, rentrons dans le vif du sujet et parlons un peu des ingrédients qui vont composer le savon.


Les huiles :
Le choix des huiles est très important dans la conception de la recette d’un savon, elles ont une incidence sur le savon final et sur son utilisation.
Le savonnier va choisir certaines huiles plus que d’autres en fonction du rendu qu’il souhaite apporter.
Il s’agit de savoir si on souhaite un savon dur ou plutôt mou, avec une mousse abondante ou pas, qu’il soit doux ou avec un fort pouvoir lavant ?
Tout ça en faisant bien attention à l’équilibre de ce mariage.


La soude caustique :
La soude est le réactif qui permet la transformation des huiles en savon.
La quantité de soude, à mettre dans le savon, ne se calcul pas à la légère. Chaque huile possède un indice de saponification. Cet indice est la quantité de soude nécessaire à la saponification de 1g d’huile.
Donc il faut calculer la quantité de soude pour chaque huile (qui entrera dans la fabrication du savon) en fonction de son indice de saponification.
Par exemple, l’indice de saponification de l’huile de coco est de 0,183. Si on souhaite saponifier 150 g d’huile de coco, il nous faudra 150 X 0.183 = 27,45 g de soude NaOH. Que l’on diluera dans de l’eau.
Ce calcul transformera l’intégralité des 150 g d’huile de coco en savon, ce qui nous amène au point suivant : le surgraissage.


Le surgraissage :
Le surgras est la part d’huile qui ne sera pas transformé en savon par la soude caustique et qui rendra le savon plus doux.
Il est obligatoire en SAF, car la saponification est une réaction qui ne s’arrêtera que lorsqu’un des 2 ingrédients (l’huile ou la soude) sera épuisé. Mieux vaut éviter que l’huile s’épuise avant la soude.
D’où l’obligation de calculer un surgras afin d’éviter d’avoir un savon caustique. Pour ça il faut réduire la quantité de soude d’un pourcentage supérieur à 4%.
Dans notre exemple nous avions 27,45 g de soude, et on souhaite faire une réduction de 8%.
Le calcul sera le suivant : 27,45 x 8% = 2,20 g.
Donc la quantité de soude sera de 25,25 g.


Fabrication en image :
On arrête avec la théorie et on passe à la pratique en image.
Tout d’abord, il faut préparer tout le matériel dont nous aurons besoin. Il faut également bien se protéger, gants, masque (mais ça on a l’habitude maintenant) et lunette.

Commençons par peser consciencieusement chaque ingrédients. Et à faire fondre les beurres doucement.

Il faudra verser délicatement la soude dans les huiles, attention aux projections si nous versons trop vite.
Et grâce au mixeur plongeant nous allons faire émulsionner ce mélange, jusqu’à obtenir une trace. Il faut que la pâte à savon épaississe et qu’elle laisse une trace à la surface de la pâte.

Une fois que la pâte à savon est prête, nous la versons délicatement dans les moules.
Et il nous faudra patienter 48h avant de démouler, de couper et d’estampiller. Puis laissez sécher pendant 6 semaines minimum.

ET VOILA VOTRE SAVON ARTISANAL EST PRET…

Vous pourriez également aimer...

Articles populaires...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.